Revenir à l'accueilNotre répartoire de liens
AcutalitésTout savoir sur le comitéLes conférences de l'annéesorties et voyagesLes films réalisés par les membres du comité
Les conférences ont lieu à 15h AU THEATRE ALEXANDRE III 19 Boulevard Alexandre III, 06400 Cannes Tel : 04 93 94 33 44
BUS N° 21 - (Parking gratuit dans le quartier)
Les conférences sont gratuites pour les adhérents. Participation non-adhérent : 7 €.
Pour s'inscrire ou pour toute autre information, n'hésitez pas à nous contacter

Samedi 19 octobre  2019
« LE LEGS DE ROME : UN BEL HERITAGE »
Diapo Conférence de Madame M. C. Melliès
Azulejos
Quand l'empire d'Occident disparaît en 476, c'est une grande période de l'histoire humaine qui s'achève. Mais la civilisation romaine, héritière des Etrusques et des Grecs, héritière des Orientaux à travers les Grecs, nous a laissé son langage. L'italien, le français, l'espagnol, le portugais, le roumain sont des langues latines. Grâce à Rome est apparu la notion d'état. Une des conséquences de ce progrès a été la formation d'un droit. Les prêteurs, puis les empereurs ont entrepris de réunir et d'harmoniser les principes du droit dans d'énormes recueils juridiques, les Codes. Unificateurs du monde méditerranéen, les Romains ont laissé l'exemple d'un Etat qui avait rassemblé pour des siècles des peuples différents. Ils ont créé l'idéal d'un Empire universel qui a hanté bien des hommes politiques, par exemple Charlemagne, Otton le Grand, Charles Quint et Napoléon. Dans le domaine des lettres, des arts et des techniques notre dette envers Rome est immense. Songeons à Shakespeare écrivant Jules César, à Corneille auteur d'Horace et Cinna, à Racine auteur de Britannicus, à Molière auteur de Plaute et Térence. Les oeuvres d'art léguées par Rome sont innombrables : statues copiées des Grecs, peintures, mosaïques, céramique, orfèvrerie...Nous leur devons la fondation de centaines de villes, nous partageons encore avec eux leur idéal de la ville construite pour l'agrément de la vie. Des œuvres comme le Pont du Gard ou le réseau routier étonnent de leur ampleur : l'expression « un travail de Romains » est devenue proverbiale. Cette analyse nous fera replonger dans une civilisation qui se voulait universelle.

Samedi 9 Décembre 2019
« DIEUX - HEROS ET MONSTRES OU ... QUAND LA MYTHOLOGIE SE DECHAINE EN SICILE ET ... EN PEINTURE »
Diapo Conférence de Madame C. De Buzon
Azulejos
À partir de 750 av. J.C., les grecs fondèrent des cités dans tout le bassin de la Méditerranée, et particulièrement dans l’Italie méridionale et en Sicile. La géographie de la Sicile est très fréquemment en « résonnance » des récits mythologiques : la forme d’une baie – les sources - les volcans – les montagnes - les phénomènes optiques – les dangers de la mer – les séismes ... ou comment ces dieux, ces héros et ces monstres imaginaires offrent un corps réel à cette île. Par ces récits et ces mythes qu’ils importent avec eux, les grecs vont faire de cette nouvelle colonie le séjour d’une partie de leur Olympe. L’on y rencontrera : Les dieux : Cronos, Héphaïstos, Éole, Hélios, Hadès ... et les Monstres : les Géants, les Cyclopes, Carybde et Scylla comme les Héros qui les combattent, Hercule, Ulysse La folie des dieux et l’effroi des mortels. Les amours contrariées, les métamorphoses et les sortilèges ... depuis des siècles, les artistes en ont raconté les aventures. Samedi 23 Novembre Diapo Conférence Musicale de Monsieur D. Jublin « MUSICA ROMA » 700 ans de musique dans la ville éternelle De Palestrina à Corelli, d’Alessandro Scarlatti à Respighi nous visiterons les célèbres places de Rome où raisonnaient les musiques du Carnaval à deux pas des processions religieuses. Nous entendrons vibrer les voutes de la chapelle Sixtine et de la Basilique Saint Pierre aux accords du Miserere d’Allegri et des messes à 60 voix dans la magnificence baroque. Une visite de la Villa Médicis nous racontera la vie de nos illustres grands prix de Rome, Berlioz, Gounod, Bizet, Debussy… Nous rencontrerons certainement Ben-Hur sortant des célèbres studios Cinecittà ! Enfin, nous contredirons joyeusement Pierre Corneille en parodiant son inoubliable stance dans Horace, ‘’Rome, objet de tous mes contentements’’. Un voyage aussi inattendu qu’inoubliable !

Samedi 23 novembre 2019
« MUSICA ROMA, 700 ans de musique dans la ville éternelle »
Diapo Conférence Musicale de Monsieur D. Jublin
Azulejos
De Palestrina à Corelli, d’Alessandro Scarlatti à Respighi nous visiterons les célèbres places de Rome où raisonnaient les musiques du Carnaval à deux pas des processions religieuses.
Nous entendrons vibrer les voutes de la chapelle Sixtine et de la Basilique Saint Pierre aux accords du Miserere d’Allegri et des messes à 60 voix dans la magnificence baroque.
Une visite de la Villa Médicis nous racontera la vie de nos illustres grands prix de Rome, Berlioz, Gounod, Bizet, Debussy…
Nous rencontrerons certainement Ben-Hur sortant des célèbres studios Cinecittà !
Enfin, nous contredirons joyeusement Pierre Corneille en parodiant son inoubliable stance dans Horace, ‘’Rome, objet de tous mes contentements’’.
Un voyage aussi inattendu qu’inoubliable !


Samedi 25 Janvier 2020
14h30 : Assemblée Générale

« JE PEINS LE SOLEIL : LA PALETTE DE LUMIERE DE SOROLLA »
Diapo Conférence de Madame C. De Buzon
Azulejos
Le nom de Joaquin Sorolla (1863-1923) dès qu’on le prononce brille d’une lumière particulière sur la scène mondiale. L’incroyable histoire de l’orphelin de Valence, devenu l’enfant chéri de la fortune et de la célébrité « peintre des splendeurs et des misères, des pêcheurs, des paysans et des rois » fit rêver toute une génération de jeunes peintres. Après des débuts espagnols divers et capricieux, une importante exposition parisienne de 1906 le hisse sur la scène internationale. Sorolla produit alors une peinture grand format, d’enfants jouant sur la plage, code d’un genre immédiatement identifiable dont le succès commercial mondial fut aussi immédiat que durable. À cette production importante s’ajoute les nombreux portraits familiaux, amicaux ou mondains. Mais le « grand ‘œuvre » de Sorolla est la fresque idyllique d’une Espagne une et plurielle. La « Vision de Espana » orne les murs de l’ « Hispanic Society of America » de New York sur presque soixante mètres de long et réclame une dizaine d’année de travail. Elle lui apportera la reconnaissance du Nouveau Monde.À la charnière des siècles donc, Sorolla dans, un chatoiement de couleurs, une lumière étincelante, et des blancs d’une infinie variété, invente « un impressionnisme » qui n’en est pas un, d’une folle séduction visuelle qui aujourd’hui encore captive les sens et provoque l’enchantement.

Samedi 15 Février 2020
« L’EXPOSITION COLONIALE DE 1931 »
Diapo Conférence de Monsieur Y. Gastaut
Azulejos
La République coloniale à l'honneur. L'Exposition coloniale de 1931 marque l'aboutissement de la propagande coloniste. Elle intervient paradoxalement à un moment où déjà est contestée dans le monde, y compris en Occident, la « mission civilisatrice » de l'homme blanc. En Angleterre, cette année-là, on débat de l'opportunité de conférer un statut de dominion (soit une quasi-indépendance) aux Indes, la plus grande colonie qui soit ! Qu'à cela ne tienne. La République française se montre plus que jamais attachée à son empire colonial et à sa mission civilisatrice. L'exposition en montrera les bienfaits. Albert Sarraut, député radical-socialiste et fervent coloniste, qui a longtemps été ministre des Colonies, déclare avec emphase : « L’exposition doit constituer la vivante apothéose de l’expansion extérieure de la France sous la IIIe République et de l’effort colonial des nations civilisées, éprises d’un même idéal de progrès et d’humanité. » (cité par Charles-Robert Ageron, 2005). C'est donc en fanfare que le ministre des Colonies Paul Reynaud inaugure l'Exposition coloniale en compagnie du président de la République Gaston Doumergue et du commissaire général de l'exposition, l'illustre maréchal Hubert Lyautey. Cet événement marque l'apothéose de la IIIe République et de l'oeuvre dont elle a été la plus fière : la colonisation ou la mise sous protectorat d'une bonne partie de l'Afrique noire et de Madagascar, de l'Afrique du Nord, de l'Indochine ainsi que de la Syrie et du Liban.


Samedi 14 mars 2020
« JACQUES OFFENBACH. Ou le Roi du P.A.F. (paysage audiovisuel français) »
Diapo Conférence de Monsieur D. Jublin
Azulejos
Nous fêtons en 2019 le bicentenaire de la naissance du génie du divertissement. Violoncelliste virtuose, directeur de la musique et chef d’orchestre à la Comédie Française, Il est l’inventeur de l’opéra parodique ou satirique (opéra bouffe). Il a donné à la légèreté de la vie, sa liberté de parole, chaque week-end, sous le second empire… A n’en pas douter, imaginons Offenbach aujourd’hui, il serait tout aussi bien producteur et humoriste d’émissions en prime time.Tout à la fois Michel Drucker, Nicole Ferroni, Michel Bougenah, Patrick Sébastien ou Florence Foresti… Une soirée en compagnie des chefs d’œuvres immortels : La Belle Hélène, La Vie Parisienne, La Périchole …. Quatre-vingt dix minutes d’insouciance assurée !

Samedi 25 avril 2020
« BARBARA, COMME DANS UN SOMMEIL… »
Diaporama Conférence de Monsieur Jacques Faure
Azulejos
Difficile de pénétrer l’univers de Barbara. On croit comprendre, saisir, et hop !... Un coup de griffe et au revoir tout le monde, elle s’échappe. Difficile de parler de ses chansons tant elles sont intimes. Tour parait furtif, onirique.


 

Formulaires à imprimer (format PDF) : adhésion à l'association

Société Dante Alighieri
• Madame ADDA • Villa Schneider D • 76, Av. Maréchal Juin 06400 CANNES
Téléphone : 06 07 08 30 60 • Email : adda.andree@free.fr

Association soutenue par la Ville de Cannes